La présidentielle polluée par la médiocrité des débats et un climat d’indifférence face à l’extrémisme

XVM8d62521c-2bec-11e7-aee4-98c78486978d

Alors que la France choisit son futur président dimanche prochain, l’indifférence de nombreux citoyens mais aussi responsables politiques et acteurs de la société civile face à l’issue de cette élection présidentielle est clairement inquiétante. Il convient de mentionner à ce titre Jean-Luc Mélenchon, qui, inconscient de la responsabilité qui est la sienne en ayant recueilli 20% des suffrages au premier tour, se perd dans une tentative d’explication malaisée consistant à dire que le Front national est une très grande menace mais que lui à titre personnel n’appelle pas à voter pour Emmanuel Macron.

Masquant très mal son opportunisme politique consistant tout simplement dans le fait de ne pas vouloir se brouiller avec une partie de sa base en vue des élections législatives, Monsieur Mélenchon a fait le choix de l’indifférence au lieu de celui de la clarté, pourtant historiquement celui de la gauche, et qui obligerait sans équivoque à appeler à voter pour Emmanuel Macron afin de faire barrage à l’extrême droite. Parmi les syndicats, notamment la CGT, le discours est le même. Il faudrait faire obstacle au Front national, sans que pour autant les responsables syndicaux, Philippe Martinez en tête, ne prennent la responsabilité d’aller au bout de la logique de leurs propos et d’appeler donc à voter Emmanuel Macron. Il s’agit là de l’archétype d’exemple de responsables politiques qui cèdent à la pression et aux tendances en partie extrémistes de leur base.

Qu’on le veuille ou non, cette absence de clarification et ce manque de courage politique d’assumer voter pour le moins pire, et donc pour le candidat d’En Marche, contribue, s’il en était encore besoin, fabuleusement à la banalisation des idées du Front national et entretient une indifférence insupportable face à l’élection de deux candidats dont l’un ne s’inscrit très clairement pas dans un cadre républicain.

Alors oui, je m’attends à ce que certains avancent que le front républicain et la menace de l’élection du Front national ne sont plus opérants comme arguments, car les Français ne seraient plus prêts à faire barrage au Front national pour tout simplement entretenir le statu quo. Avancer ce type de propos revient toutefois à accepter in fine la survenance du pire comme une simple fatalité que l’homme ne pourrait empêcher au lieu de réfléchir constructivement comment bâtir ensemble un avenir plus désirable. Car que ce soit à travers un front républicain ou non, l’extrême droite nécessite d’être combattue pour ce qu’elle est et ce qu’elle représente, aujourd’hui plus que jamais.

En effet, il ne faut pas se tromper sur la nature du Front national. Ce parti raciste, antisémite et anti-européen, s’il s’est plus ou moins détaché du sénile Jean-Marie Le Pen, est aujourd’hui encore composé d’anciens du GUD, syndicat étudiant d’extrême droite connu pour ses manifestations violentes, dont en première ligne et parmi de nombreux autres, Frédéric Chatillon, un très proche de Marine le Pen intégré dans l’équipe de campagne présidentielle. Derrière le faux sourire de Madame le Pen se cache la haine et le repli de ce parti qui veut nous faire croire avoir changé de visage mais dont l’ADN détestable reste toujours le même.

Aussi, la dénonciation d’intellectuels ainsi que de divers responsables politiques voyant en Emmanuel Macron « le candidat de la finance » est tout simplement réductrice et avant tout vide de sens. Cette représentation de Macron, qui sert souvent de prétexte pour ne pas devoir assumer d’appeler à voter pour lui, est complètement absurde car elle est quasiment perçue dans la conscience collective comme étant auto-justificatrice alors qu’elle ne veut per se absolument rien dire. Il en va de même de la notion de « système » ou d’« antisystème » qui ne renvoie à rien permettant ainsi à tout le monde de se revendiquer d’elle sans que l’on ne s’interroge davantage sur ce qu’elle veut réellement définir.

Cette rhétorique creuse est symptomatique de la médiocrité du débat public qui a transcendé cette élection présidentielle. Entre Emmanuel Macron qui a voulu vendre au mieux son produit marketing « En marche » et n’a fait que de belles paroles d’intentions pendant les dix premiers mois de la création de son mouvement sans proposer la moindre mesure concrète et les affaires de François Fillon qui ont siphonnées tout le débat public pendant plusieurs semaines, il a été très peu débat des vrais enjeux de société, tels que le chômage, l’immigration, la situation de l’Europe ou encore la question écologique.

Et lorsque ces sujets ont été abordés, ils ont trop souvent été pollués par le type de notions telles que celles susmentionnées qui s’opposent à tout débat constructif. Que ceux qui pensent qu’Emmanuel Macron serait soumis à la finance, et personne ne les empêche de le penser, avancent des arguments concrets attestant ces propos pour qu’on puisse en débattre sur le fond et que ceux qui se réclament de l’antisystème nous expliquent précisément ce qu’est le système auquel ils n’appartiennent pas alors qu’ils s’apprêtent à prendre les plus hautes fonctions de l’Etat. Quoi qu’il en soit, il conviendra indéniablement de mener une réflexion de fond sur la façon dont nous voulons tous ensemble concevoir le débat public à l’avenir.

Quant à ceux qui ont le droit de vote et n’envisagent pas aller voter dimanche, je me permets tout simplement de vous dire que vous faites une erreur majeure de jugement en sous-estimant la menace d’une élection du Front national qui serait dévastatrice pour la France et l’Europe car elle ne ferait que diviser encore davantage une France qui n’en a vraiment pas besoin.  Le moment est venu pour chacun de prendre ses responsabilités : mettre un bulletin Macron dans l’urne peut permettre de sauver la démocratie. Ne pas le faire contribue à nourrir l’indifférence, qui elle mènera indéniablement, tôt ou tard, telle une fatalité, au pire.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s