La démocratie en perte de vitesse: pourquoi et comment y remédier?

democratie-citoyenne.jpg

L’adhésion des citoyens au système de représentation démocratique est en perte de vitesse depuis plusieurs années, voire décennies, dans de nombreux pays en Europe et à travers le monde. Ceci a plusieurs raisons aussi bien d’ordre politique que d’ordre socio-économique, qui sont liées entre elles mais que je me permets de séparer dans le présent développement pour essayer d’apporter davantage de clarté à l’exposé. De ce fait, je me cantonnerai aux raisons principalement politques expliquant le désengagement du citoyen de la sphère publique.

De prime abord, ce désengagement de nature politique s’explique par un sentiment de ras-le-bol plus ou moins généralisé à l’égard des partis politiques établis qui tentent à intervalles réguliers d’élections de prôner le changement ou le renouvellement alors que les personnalités qui le représentent sont souvent aux responsabilités depuis une dizaine, voire une vingtaine d’années, sinon davantage. Dans ce contexte, le vote sanction contre le système politique en place voire l’abstention deviennent de plus en plus des moyens par lesquels le citoyen exprime son mécontentement avec souvent une désillusion à l’égard du système politique qui ne peut nous laisser indifférente.

Continue reading

Advertisements

Réformer l’Italie pour réformer l’Europe: Si non pas Matteo Renzi, qui d’autre ?

16465242002_a59dc98f2b_o

Ambitieux, courageux, audacieux, pressé et authentique tels sont les adjectifs qui qualifient le mieux le nouveau président du Conseil italien. Le 21 février 2014, après avoir retiré la confiance à son prédécesseur du même parti Enrico Letta, Matteo Renzi a surmonté le grand défi de constituer une majorité soutenant son gouvernement à la fois à la Chambre des Députés et au Sénat afin de devenir le plus jeune président du Conseil de l’histoire. Continue reading

Finance over Democracy: Why we need to rethink our way of governing the European Union

The European Union has since its creation in 1992 never been as much criticised as nowadays. The idea of a communitarian Europe has evolved into an idealistic and unreal concept far from the reality of disputing and divided European States. The increasing hostility towards the EU has various reasons leading to the outcome that Europeans out of desperation and anger are not willing anymore to support the European formation as a whole. Citizens have lost their trust in the institutions as they feel misunderstood and insufficiently represented in their interests. As a consequence, communitarianism in Europe is largely endangered by nationalist and extremist tendencies which have witnessed a tremendous rise over the last few years, largely profiting from the delicate political and financial situation many European countries find themselves in.

We are in this development going to analyse the reasons for this rise of anti-communitarianism and going to seek for solutions regarding the necessary response the European Union has to give to regain confidence among its citizens. Continue reading